Introduction

OMAIA prévoit durant le premier trimestre 2018 de lancer un projet de plantation de caféiers aux alentours du village de Leptung, au Népal. Cette région a été durement touchée lors des récents tremblements de terre en 2015 et la population locale peine à rebâtir un environnement décent. OMAIA va s’associer avec « The Butterfly Help Project », association suisse active dans le soutien aux orphelins de Sherpas et la reconstruction après le séisme de 2015.

 

Le projet consiste à terme à créer des plantations de café d’altitude (800 à 2000m), les exploiter et donner la possibilité aux villageois d’être autonomes dès que possible. Toutes les connaissances nécessaires seront transmises par les deux associations. Elles fourniront également les plants et outils, ainsi qu’un support logistique, financier et administratif pour la gestion du projet.

Le projet

  • Etude de faisabilité et de marché
  • Pré-projet : Plantation test
  • Pré-projet : Transformation test (récolte, séchage, torréfaction, vente locale)
  • Plantation à l’échelle avec vente à l’international 

Etat actuel

Une étude préliminaire sur le terrain a déjà été effectuée et la population locale s’est montrée très réceptive. Des plantations de café existent déjà dans le pays ce qui démontre la faisabilité au point de vue technique.

On trouve également des cafés himalayens dans les grandes surfaces suisses et européennes, mais en faible nombre.

Une « Coffee Policy » existe depuis 2003 au Népal. http://www.teacoffee.gov.np/en/detail.php?section=nav&nav_id=38&nav_name=coffee-policy-2003

Les acteurs

Au vue de la situation du village de Leptung, les femmes seront privilégiées pour s’occuper du projet. En effet, les femmes sont souvent sans emploi dans cette région et les tâches inhérentes à l’exploitation d’une plantation de café sont tout à fait adaptées à leurs compétences. OMAIA et The Butterfly Help Project souhaitent valoriser la condition des femmes au travers de ce projet.

OMAIA s’occupera de la partie technique, The Butterfly Help Project de la partie administrative et logistique, avec OMAIA en appui.

La collecte et la gestion des fonds seront communes aux deux associations.

Des acteurs locaux tels que le « National Tea and Coffee Development Board » (http://www.teacoffee.gov.np/) pourront être approchés pour une collaboration. 

Environnement, éthique et sécurité

Les énergies renouvelables seront privilégiées pour toutes les étapes du projet et il sera donné une attention particulière à minimiser l’impact écologique pour les étapes logistiques. Le café sera « biologique », dans le sens où aucun produit chimique ne sera employé dans la plantation.

Les conditions de travail seront adaptées aux normes européennes et le salaire des employés calculé au-dessus des moyennes locales. La sécurité des employés restera la priorité absolue.

Finances

À définir suite aux premières études.

Calendrier

À définir suite aux premières études.

A noter que les plants de cafés sont productifs que dès l’âge de 4 ans et jusqu’à 15 ans. Il serait préférable d’acheter des plans productifs pour les phases prototypes et d’envisager la création d’une pépinière pour la suite du projet.

La saison de récolte s’étale en général de novembre à janvier, ce qui semble coïncider avec la période creuse de l’agriculture

Perspectives

Dans la phase de projet et après avoir acquis suffisamment d’expérience, la vente à l’international pourra être envisagée. Des organismes de labélisation pourront être approchés dans le but de certifier le café.

Des ruchers pourront être mis en place à proximité de l’exploitation afin d’aider à la pollinisation des caféiers. Des recherches menées récemment sur les écosystèmes du café au Costa Rica ont montré que la pollinisation par les abeilles sauvages vivant dans des parcelles boisées adjacentes contribue grandement à la bonne qualité du café. De plus, le miel pourrait également être valorisé.