Nous sommes actuellement à la recherche de bénévoles motivés à mettre en place et suivre ces projets. N'hésitez pas à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour plus d'informations.

Le mot du président  -  Les besoins élémentaires

Quels sont les besoins élémentaires de l’homme ? Il existe beaucoup d’outils, sous diverses formes, qui permettent de les déterminer et de les classer. Bien que ces besoins soient à un certain niveau subjectifs, toutes ces représentations s’accordent à nous montrer que les besoins physiologiques tels que la nourriture, la boisson ou encore la respiration sont les plus importants.

A mon sens, on tend à oublier que nous sommes avant tout des êtres vivants, dans le sens doté de vie. Et comme tout vivant, nous avons des besoins bien plus basiques, plus fondamentaux que ceux précités. Des besoins sans lesquels aucune forme de vie connue ne saurait exister, que ça soit dans le règne végétal ou animal. Parmi ces besoins, j’aimerais m’arrêter sur la nécessité d’avoir un support sur lequel vivre et de surcroît un support qui se veut accueillant. Ce support, nous l’avons baptisé notre Terre.

En effet, quel serait le sort réservé à la vie telle qu’on la connaît si la Terre venait à disparaitre ou à se montrer hostile ? Une simple question qui mène à une réponse encore plus simple. La vie ne peut exister sans la Terre telle que nous la connaissons. Une planète quelconque n’est pas suffisante. Ce qui fait de celle-ci notre monde, c’est un équilibre fragile de paramètres physiques et chimiques qui fût propice au développement des premiers organismes.

Est-ce que ce sont ces paramètres qui ont mené à la vie, ou la vie qui s’est adapté à ceux-ci ? Quelle que soit la réponse, on peut admettre sans peine que le support était alors indispensable. Nous sommes tous descendants de ces premiers organismes et, de ce fait, les bases que la vie a choisies de s’imposer sont restées les mêmes au fil des millénaires. Notre conscience, notre intelligence, nos avancées technologiques ne pourrons jamais substituer quoi que ce soit à ces bases.

A l’échelle de la vie sur Terre, notre présence est très récente. Malgré ce que certains sceptiques peuvent prétendre, cette présence a une influence sur l’équilibre originel, comme n’importe quelle partie impliquée si infime soit-elle. Et malheureusement, notre mode de vie actuel tend à avoir un effet néfaste et peser trop lourdement dans la balance. Nous détruisons trop de forêts, de vies, nous rejetons trop de polluants, nous créons trop de synthétiques en trop peu de temps pour que l’équilibre puisse s’ajuster. Que les catastrophes naturelles actuelles y soient liées ou non, on peut aisément imaginer que l’expansion du genre humain va mener tôt ou tard à un dérèglement fatal.

Que pouvons-nous là contre ?

Personnellement, j’ai foi en l’homme, et je suis persuadé que cette même intelligence qui nous a conduits à casser l’équilibre fragile qui maintenait la cohésion de la vie peut nous servir à redresser le tort. Il suffit pour ça d’agir en toute conscience de ce besoin fondamental et avec la volonté de tirer à la même corde. Comme disait Wangari Maathai, planter un arbre, c’est planter une graine d’espoir. L'espoir, c’est précisément ce qui motive Ômaïa à contribuer au reboisement de notre Terre.